Séminaire sur les modernités et postmodernités religieuses  

English below

Organisé en collaboration avec

 TransCrit (Université Paris 8), Institut protestant de théologie (Paris), Groupe Sociétés Religions Laïcités (EPHE/CNRS), Institut Romand de Systématique et d’Ethique (Université de Genève), Humanities Research Centre (University of Keele).

Ce séminaire international cherche à prendre en compte les perspectives religieuses queer, féministes et postcoloniales, qu’elles soient historiques, sociologiques, littéraires ou théologiques, dans l’étude du patrimoine religieux moderne et des postmodernités/ultramodernités religieuses émanant de la critique de la modernité. Dans quelle mesure les dynamiques queer, féministes et postcoloniales se complètent-elles et dans quelle mesure s’interpellent-elles mutuellement ? C’est tout un ensemble de questions théoriques qui sont soulevées par la critique postmoderne des modernités religieuses et par les fruits de cette critique au sein des mouvements religieux contemporains.

Le séminaire s’intéressera aussi aux influences mutuelles et aux décalages entre les mouvements laïcs et religieux queer, féministes et postcoloniaux. En la matière, l’interaction entre la religion et la politique, entre la théologie et la culture populaire, et entre la critique biblique, la littérature et les arts visuels constitue une piste de recherche importante. Comment les mouvements religieux queer, féministes ou postcoloniaux interagissent-ils avec la culture laïque et l’apport des sciences humaines et sociales ? Si l’impact de ces dernières est souvent soulignée, ne serait-ce que parce que les critiques queer, féministe et postcoloniale ont toutes pris leur essor en dehors de la sphère religieuse, la tradition, la pratique et l’imagination religieuses constituent aussi une ressource importante, bien que peu reconnue, pour les mouvement queer et féministes dans leur ensemble[1].

Le séminaire encouragera la présentation de travaux en cours réalisés dans les différents domaines représentés par les participants, permettant ainsi un enrichissement mutuel et une mise en réseau au niveau européen des recherches entreprises sur les approches queer, féministes et postcoloniales du religieux. Concrètement, nous prévoyons des séances d’atelier où les participants pourront présenter leurs travaux ainsi que celui de leurs doctorants. Nous organiserons aussi occasionnellement des manifestations scientifiques de plus grande envergure (de type colloques) où les spécialistes de ces questions pourront échanger devant un plus grand public. Selon les partenaires impliqués, le séminaire pourra se tenir dans un pays différent chaque année. Deux ateliers par ans sont prévus dans un premier temps. Les langues de travail sont l’anglais et le français. Certains travaux du séminaire pourront donner lieu à publication.

[1] Cf. Dominic Janes, Visions of Queer Martyrdom from John Henry Newman to Derek Jarman (Chicago and London: Chicago University Press, 2015).

Pour plus d’informations: contacter Valérie Nicolet: valerie.nicolet@iptheologie.fr

*******************

This international seminar seeks to consider queer, feminist and postcolonial religious perspectives, whether historical, sociological, literary or theological, and bring them to bear on the religious patrimony of modernity and the religious postmodernities (or ultramodernities) that have arisen out of the critique of modernity. How much do queer, feminist and postcolonial dynamics work together and how much do they challenge one another? A whole range of theoretical issues are raised by the postmodern revisiting of religious modernity as well as by its fruits in contemporary religious movements.

The seminar will also take into consideration the cross-fertilizing as well as the discrepancies between religious and secular queer, feminist and postcolonial movements. In that respect the interaction between religion and politics, theology and popular culture, biblical scholarship, literature and the visual arts is an important line of enquiry. How do queer, feminist or postcolonial religious movements interact with secular culture and the latest developments in the humanities and social science? While the impact of the latter on the former is often underlined, if only because queer, feminist and postcolonial critique all started outside the religious sphere, religious traditions, practices and imagination are also an important, though perhaps less acknowledged resource for the broader queer and feminist movements.[1]

The seminar aims to showcase work in progress, in order for the presenters to benefit from each other’s fields of expertise. Concretely, we aim to have workshop sessions where participants involved in the seminar can present their work, and also the work of doctoral students. We will also occasionally plan events and conferences broader in scope where we might invite scholars to present for a broader audience. Depending on the partners involved, the seminar could take place every year in a different country. It would meet twice a year at first. The working languages of the seminar will be English and French. In due time, some of the works of the seminar could be published.

[1] See Dominic Janes, Visions of Queer Martyrdom from John Henry Newman to Derek Jarman (Chicago and London: Chicago University Press, 2015).

For more informations, contact Valérie Nicolet: valerie.nicolet@iptheologie.fr